Pape Diouf - Le site officiel | Collectif citoyen à Marseille
Pape Diouf 2014 - Le site officiel de Pape Diouf candidat à Marseille aux élections municipales 2014

LE SITE OFFICIEL - MARSEILLE

Un bilan positif mais surtout prometteur

Après seulement 1 mois de préparation et 3 semaines de campagne active sur le terrain, Pape Diouf et son équipe font le bilan.


Tout n’a pas été facile et c’est au final une course contre la montre à laquelle Pape Diouf et les candidats du collectif Changer la donne ont été confrontés jusqu’aux derniers instants de la campagne pour les élections municipales. Jeudi 3 avril, lors d’une conférence de presse qui a réuni des médias locaux et nationaux, le moment était donc venu de tirer les premiers enseignements de cette campagne qui a permis au collectif de récolter, dans un contexte de forte abstention supérieure de 8% à la moyenne nationale lors du premier tour (sans parler des non inscrits en âge de voter), près de 15000 voix, soit 6% des suffrages exprimés. « Pour une première participation, ce sont 6% de qualité si l’on considère que nous adressions majoritairement à des électeurs ne croyant pas ou plus en la politique, se réjouit Pape Diouf, déjà tourné vers l’avenir. Il y a eu, après l’élection, un nombre considérable de Marseillais et de Marseillaises qui ont vu dans notre action autre chose que l’action politicienne traditionnelle. »
 
Un élan est né dans cette campagne menée tambours battants, dans un laps de temps particulièrement court, mais, depuis le scrutin, un sentiment s’impose ; un ressenti qui a valeur de certitude. Les encouragements sont là, dans la rue, sur le terrain lors des ateliers citoyens organisés par le collectif, et à chaque déplacement. Pape Diouf explique que les Marseillaises et les Marseillais « leur ont fait part de la difficulté de boucler les fins de mois, d’élever les enfants, de vivre décemment. Et les inégalités marseillaises sont apparues plus criantes encore, comme un mal profond et durable et non plus seulement comme un aléa conjoncturel de crise. Nous avons touché du doigt ces fractures, sociales, géographiques, économiques et culturelles. Ces fractures que je veux combattre. Ensuite, ils ont exprimé leur dégoût du fonctionnement politique. La perte totale de confiance dans les élus et les partis. L’envie de ne pas voter voire de voter Front national. Et avec les colistiers de Changer la donne nous avons expliqué, longuement, avec pédagogie, que tous les politiques ne sont pas pourris ; qu’il est essentiel de voter pour faire vivre la démocratie, pour garder sa place de citoyen ; qu’il ne sert à rien de donner sa voix à un parti qui ne joue que sur les peurs et les mensonges ».
Pape Diouf et son équipe veulent donc transformer l’essai. « Toutes ces rencontres nous ont montré une vitalité incroyable. Une créativité, une générosité, une envie d’engagement, considérables. Pour ces gens, pour ceux qui ont voté pour nous, pour tous ceux qui ont apporté des idées, des projets, des envies, des besoins ; pour tous ceux pour lesquels nous avons suscités un espoir, pour tous ceux-là et pour tous ceux qui nous rejoindront, nous devons poursuivre notre travail. »
 
Les aspects positifs du bilan s’imposent donc mais ils n’occultent pas les difficultés rencontrés tout au long du parcours.
Un manque de clarté, tout d’abord, dans la façon dont étaient présentées les listes du collectif Changer la donne - Pape Diouf. Cette appellation-là, qui était la plus complète et la plus précise a fait les frais d’une règle absurde. Pape Diouf parle de « choix volontaire de ne jamais faire référence aux listes Changer la donne - Pape Diouf, mais de parler des listes « divers droite » ou « divers gauche » ». Ce choix pour Pape Diouf « n’a jamais permis une information claire, à même de faciliter la connaissance et le positionnement des électeurs. Ce refus de donner une pleine existence médiatique à notre mouvement s’apparente à une forme de mépris et favorise une fois encore le jeu des grands partis traditionnels, ceux autour desquels s’est construit tout le jeu médiatique. « 
 
Le manque de modernité et des fonctionnements presque archaïques ont également fortement pesé dans la campagne du collectif. Cela s’est traduit notamment dans le traitement médiatique de la campagne, réglementé par le CSA. Pape Diouf expliquait jeudi : « Les règles conduisent à une prime aux partis en place, elles ne permettent pas l’émergence de forces et projets nouveaux. Dans les semaines qui viennent, je ferai des propositions de modification du cadre règlementaire du suivi médiatique des élections. Car c’est de la transparence de notre démocratie dont il est question, de sa modernité. Fort de ce constat, une question se pose. Comment faire en sorte de pouvoir adresser aux citoyens l’information la plus complète et la plus juste possible ? »

Clientélisme et menaces

Enfin, Pape Diouf a pointé du doigt, dans son bilan, les bas-fonds de la politique marseillaise caractérisé par l’omniprésence du clientélisme. « Disons que la politique marseillaise ne m’était pas inconnue. Mais en y plongeant beaucoup plus concrètement je me suis aperçu de deux choses. La première, c’est que ce que l’on appelle le clientélisme est infiniment plus étendu que ce qu’on ne le pense. A côté de ce clientélisme, s’ajoutent souvent, voulu par certaines organisations qui ont pourtant pignon sur rue, des menaces, des intimidations ou des pressions. Dans certains bureaux de vote, il faut être vigilant et savoir que, de toute façon, l’élection dans certaines mesures est pipée par ces travers. Marseille gagnerait infiniment plus à se défaire de ses pratiques inadmissibles pour retrouver une physionomie beaucoup plus conforme à son histoire et conforme à la démocratie. »
 





Rejoignez-nous sur Facebook

L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30


Suivre sur les réseaux sociaux

Les dernières photos
Pape Diouf et les têtes de liste signent la charte ANTICOR | Municipales 2014 - Marseille
Pape Diouf et les têtes de liste signent la charte ANTICOR | Municipales 2014 - Marseille
1ères Rencontres citoyennes salle Magallon | Pape Diouf - Municipales 2014
1ères Rencontres citoyennes salle Magallon | Pape Diouf - Municipales 2014
Pape Diouf présente ses têtes de liste | Municipales 2014 - Marseille
L'équipe de campagne du 8e secteur | Pape Diouf - Municipales 2014

Les derniers tweets
Pape Diouf : RT @VirginieMartin_: Dans @Lexpress version sud ... Marseille décryptée @thinktankdiff http://t.co/986ROkFvoC
Dimanche 4 Mai - 22:12
Pape Diouf : RT @SophieCamard: @PapeDiouf_ "sursaut de la société civile" RT “@VirginieMartin_: Dans @Lexpress version sud, Marseille décryptée http://…
Dimanche 4 Mai - 22:06
Pape Diouf : RT @JulianJappert: @VirginieMartin_ vous avez raison le message de @PapeDiouf_ est clair : les gouvernants du sport sont toujours les même…
Jeudi 1 Mai - 23:06